La loi de Say

La loi de Say, élaborée en 1803 par l’économiste et journaliste classique français “Jean-Baptiste Say” était influente car elle traitait de la manière dont une société crée de la richesse et de la nature de l’activité économique. Pour avoir les moyens d’acheter, il faut d’abord avoir quelque chose à vendre, dit raisonné. La demande provient donc de la production et non de l’argent. En d’autres termes, la capacité d’une personne à demander des biens ou des services à un autre dépend du revenu généré par ses propres actes de production.

Implication de la loi de Say

Selon la loi de Say, l’augmentation de la production entraînera naturellement une augmentation proportionnelle de la demande. Cette hypothèse implique clairement que, si vous souhaitez faciliter la croissance économique il est beaucoup plus efficace de vous concentrer sur l’augmentation de la production que sur l’augmentation de la demande. Après tout, la production est beaucoup plus facile à contrôler et à générer spontanément que la demande, et son augmentation augmenterait elle-même la demande (entraînant des taux de croissance économique plus élevés et, à l’échelle nationale, un produit intérieur brut “PIB” plus élevé ).

La loi de Say a également de fortes implications sur ce que les gouvernements devraient faire dans le domaine de la politique économique. Plutôt que d’adhérer à des politiques mercantilistes, fondées sur la conviction que l’argent est le fondement de la richesse, la loi de Say plaide davantage en faveur de l’économie du laissez-faire.

Critique de la loi de Say

J.M. Keynes créateur de la très influente école d’économie keynésienne, n’était pas d’accord avec la loi de Say. Il a vécu la Grande Dépression, qui a démontré qu’il peut y avoir une production supérieure à la demande de biens. Keynes a affirmé que les gouvernements doivent activement encourager la demande (en utilisant des tactiques telles que l’impression de l’argent et des politiques fiscale orientées vers les expansionnistes). Dans le cas contraire, certaines ressources sont vouées à ne pas être utilisées (par exemple, à la suite de l’accumulation d’argent pendant des périodes économiquement difficiles). Autres critiques liées à la loi de Say:

  • Les salaires, mais aussi les prix, ne sont pas flexibles et sans conséquences, les travailleurs saperont les efforts visant à réduire leurs salaires.
  • Des niveaux élevés d’épargne (lorsque les particuliers et les entreprises accumulent de l’argent) signifient une consommation inférieure Ils peuvent le faire en raison de la faible confiance économique dans la perspective de dépenses.
  • Les pièges de liquidité impliquent que la demande de dépenses soit compensée par la demande de conserver des liquidités. Résultat: les réserves des banques augmentent parallèlement au taux d’épargne, de sorte que la demande totale décroît dans l’ensemble de l’économie.
À lire aussi  Le capital social : définition

Say : l’offre crée la demande 

EN 1804, Jean-Baptiste Say s’inscrit au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris pour apprendre les principes de la filature du coton. Le nouveau étudiant avait 37 ans, souligne son biographe, Evert Schoorl, avec une femme enceinte, quatre enfants et une carrière réussie dans la politique et des lettres derrière lui. Pour reprendre ses études, il avait refusé deux offres lucratives de l’homme le plus puissant de France, Napoléon Bonaparte.

Le dirigeant l’aurait bien payé pour écrire à l’appui de sa politique. Mais plutôt que de “faire des discours en faveur de l’usurpateur”, Say a plutôt décidé de construire une filature de coton, sans filature. Napoléon avait raison d’estimer (et de craindre) la plume de Say. Pamphlétaire, éditeur, universitaire et conseiller, il était un ardent défenseur de la liberté de parole, du commerce et des marchés. Il avait imité les principes libéraux de sa copie fortement annotée de “La richesse des nations” d’Adam Smith et renforcé ses références patriotiques dans la bataille contre les envahisseurs prussiens.

Conclusion

Voila un article gratuit sur la loi de Say. Merci d’avoir consulter notre article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *