Introduction à la microéconomie

Cet article fournit un aperçu générale de la microéconomie. Il est destiné à présenter des sujets clés a ceux qui n’ont pas encore étudier la microéconomie et a proposer une révision à ceux qui l’ont fait. On définit la microéconomie comme la branche de l’économie qui prend en compte le comportement des décideurs au sein de l’économie tels que: les individus, les ménages et les entreprises. Le terme {entreprise} est utiliser de manière générique pour désigner tous les types de l’entreprise. La microéconomie contraste avec l’étude de la macroéconomie qui considère l’économie dans son ensemble.

Rareté, choix et coût d’opportunité:

La plate-forme sur laquelle la pensée microéconomique est construite est dans le fond de la pensée économique à savoir, comment les décideurs choisissent-ils entre des ressources rares ayant des utilisations alternatives? Les consommateurs exigent des biens et des services et les producteurs les proposent à la vente, mais personne ne peut retirer tous ce qu’ils veulent du système économique.

Des choix doivent être faits, et pour chaque choix effectuer, quelques choses sont abandonné. Une personne peut choisir d’acheter une voiture, pour cela elle peut être amené a renoncer à des vacances pour lesquelles elle aurait pu utiliser l’argent, si cette personne n’a pas choisir d’acheter la voiture.

Dans cette exemple, les vacances représentent le coût d’opportunité de la voiture. Comme les ménages décident de ce qu’ils consomment en fonction du coût d’opportunité, les entreprises elles même ce qu’elles doivent produire. Les producteurs doivent également décider la quantité à produire et pour qui? Une réponse simple à la première question pourrait être: »bien-sur, autant que possible, en utilisent les ressources possible ».

Cependant, les économistes classiques nous apprennent que si nous combinons tous les facteurs de production: terre, travail, capital et entrepreneur de différentes manières, nous pouvons obtenir des résultats surprenants. L’un des plus célèbres d’entre eux est confirmé par la loi des rendements décroissants.

Cette loi stipule que si nous continuons à ajouter des facteurs de production variables tels que le travail à des facteurs fixes tels que la terre, nous obtiendrons proportionnellement moins de production de chaque unité supplémentaire de facteur ajoutée, jusqu’à ce que la production globale commence à diminuer.

Le mécanisme de prix:

Une grande partie de l’étude de la microéconomie est consacrée à l’analyse de la détermination des prix sur les marchés. Un marché est un système par lequel les producteurs et les consommateurs se rencontrent. Dans les premières économies de subsistance, les marchés étaient généralement des lieux physiques où les gens se rencontrait pour commercer. Dans des systèmes économiques plus complexes, les marchés ne dépendent pas de la rencontre humaine, de nombreux marchés apparaissent donc aujourd’hui lorsque producteurs et consommateurs se rencontrent moins directement, par exemple par la poste ou sur Internet.

Les producteurs et les consommateurs génèrent des forces que nous appelons offre et demande, et c’est leur interaction au sein du marché qui crée le mécanisme des prix. Ce mécanisme était décrit comme « la main invisible » qui guide les actions des producteurs et des consommateurs. Les marchés sont essentiels pour produire les biens et services nécessaires à la vie quotidienne.

Même si un individu peut produire toute la nourriture nécessaire à sa survie, il aura ainsi besoin de vêtements, d’un abri et d’autres nécessités. C’est pourquoi, les communautés ont appris qu’elles tireraient profit des échanges. La forme la plus grossière d’échange était le troc, mais l’évolution de la monnaie en tant que moyen et unité de compte a accéléré le développement du processus.

La demande:

Le niveau de la demande pour un bien ou un service est déterminé par plusieurs facteurs, notamment:

Dans l’analyse économique orthodoxe, ces déterminants sont analysés en testant la quantité demandée par rapport à l’une de ces variables, en maintenant toutes les autres constantes. Le moyen le plus courant d’analyser la demande consiste à examiner la relation entre la quantité demandée et le prix.

En supposant que les gens se comportent de manière rationnelle et que les autres déterminants de la demande soient constants, la quantité demandée a une relation inverse avec le prix. Par conséquent, si le prix augmente, la quantité demandée diminue, et inversement. La figure 1 décrit la courbe de demande conventionnelle.

Figure 1 : Courbe de la demande.

NOTE: Pour tout changement de prix, il existe un changement inverse de la quantité demandée. 

Un changement de prix provoquera un mouvement à long terme de la courbe. Lorsque le prix augmente, ma quantité demandée diminue. Cela se produit avec la plupart des types de produits, à quelques exceptions bizarres.

La fourniture:

L’offre se réfère à la quantité de biens et services offerts sur le marché par les producteurs. Tout comme nous pouvons cartographier la relation entre la quantité demandée et le prix, nous pouvons également considérer la relation entre la quantité fournie et le prix. En règle générale, les fournisseurs seront prêts à produire plus de biens et de services que le prix qu’ils peuvent obtenir. Par conséquent, la courbe d’offre, lorsque les autres influences sont maintenues constantes, la courbe sera incliné vers le haut de gauche à droite comme indiqué dans la figure 2.

Figure 2 : courbe de l’offre.

 

NOTE : Il existe une relation directe entre le prix et la quantité fournie.

Les déterminants de l’offre sont:

En règle générale, une entreprise maximisera son profit lorsque son revenu marginal (le produit de la vente d’une unité de production supplémentaire) sera égal à son coût marginal (le coût de production de cette unité de production supplémentaire).

Cependant, une entreprise peut continuer à produire aussi longtemps que le revenu marginal dépasse ses coûts variables moyens, ce qui contribuerait à couvrir ses coûts fixes. Suivant la même logique que précédemment, un mouvement à long terme de la courbe d’offre sera provoqué par un changement de prix. mais un mouvement de la courbe entière sera provoqué par un déterminant autre que le prix.

Théorie de l’entreprise:

La théorie de l’entreprise est une branche de la microéconomie qui examine les différentes manières de structurer les entreprises d’un secteur et cherche à tirer des enseignements de ces structures alternatives.

Concurrence parfaite:

Un marché parfaitement concurrentiel est celui sur lequel:

  • il y a beaucoup d’entreprises produisant des biens ou des services homogènes
  • il n’y a pas d’obstacle à l’entrée sur le marché ou à la sortie du marché
  • Les producteurs et les consommateurs ont une connaissance parfaite du marché.
À lire aussi  Rôle des banques dans le développement économique d'un pays [PDF]

Dans ces conditions, le prix et le niveau de la production tendent toujours vers l’équilibre, car tout producteur qui établit un prix supérieur à l’équilibre ne vendra rien du tout, et tout producteur qui fixera un prix en dessous de l’équilibre obtiendra une part de marché de 100%. on dit que La courbe de la demande est parfaitement élastique, ce qui signifie qu’elle sera horizontale. (savoir plus sur la concurrence parfaite).

Le monopole:

Un monopole se crée lorsqu’il n’y a qu’un seul producteur sur le marché. Il convient de noter que les lois de nombreux pays définissent un monopole de manière moins extrême. Se réfère généralement à des entreprises disposant d’une part de marché supérieure à une part déterminée.

Contrairement à la concurrence parfaite, les monopoles peuvent surgir et existent dans la vie réelle. Cela peut être dû au fait que le producteur a légalement le droit d’être le seul producteur ou peut être une société appartenant au gouvernement lui-même.

NOTE : Un monopole a le privilège de pouvoir frapper son propre prix sur le marché, ce qui peut donner lieu à ce que les économistes appellent des «profits super normaux».

L’oligopole:

Un oligopole survient lorsque peu de producteurs exercent une influence considérable sur un marché. Comme il existe peu de producteurs, ils ont probablement une connaissance approfondie des actions de leurs concurrents et devraient être en mesure de prévoir les réponses aux changements de leurs stratégies.

Le nombre minimum d’entreprises dans un oligopole est de deux et cette forme particulière d’oligopole s’appelle un duopole. Il existe plusieurs exemples de duopoles, notamment les deux principaux producteurs de Cola. Cependant, les marchés dominés par peut-être jusqu’à six producteurs pourraient être considérés comme de nature oligopolistique. Là où quelques grands producteurs dominent un marché, l’industrie serait très concentrée.

Concurrence monopolistique:

La concurrence monopolistique se produit sur des marchés où se trouvent de nombreux producteurs, mais ils auront tendance à recourir à la différenciation des produits pour se distinguer des autres producteurs du marché.

Par conséquent, bien que leurs produits puissent être très similaires, leur capacité de différenciation signifie qu’ils peuvent agir en tant que monopoles à court terme, indépendamment des actions de leurs concurrents. Pour que la concurrence monopolistique puisse exister, les consommateurs doivent connaître les différences entre les produits vendus par les entreprises.

L’équilibre:

En supposant que tous les déterminants de l’offre et de la demande soient constants, à l’exception du prix, une entreprise produira à l’endroit où la courbe de l’offre coupe la courbe de la demande. Par définition, il s’agit du point auquel la quantité fournie est égale à la quantité demandée (Voir Figure 3).

Figure 3 :

NOTE : Le prix est déterminé à l’intersection des courbes de l’offre et de la demande.

Si le prix est supérieur au prix d’équilibre, la quantité fournie dépassera la quantité demandée. Par conséquent, afin de nettoyer ses stocks, la société devra réduire ses prix. Inversement, si le prix est inférieur au prix d’équilibre, cela entraînera une situation de demande excédentaire, et le seul moyen de l’éliminer consiste à augmenter le prix.

Intervention sur le marché:

Dans les systèmes capitalistes, il permet aux marchés de fonctionner librement est considéré comme souhaitable, mais il est généralement admis que les forces du marché ne peuvent être autorisées à fonctionner pour tous les biens et services requis par la société. Certains biens et services sont des «biens et services publics», ce qui signifie qu’ils ne peuvent être fournis de manière adéquate que par l’intervention sur le marché.

Pour cette raison, le gouvernement ou des organisations supranationales peuvent choisir d’introduire et de maintenir des systèmes qui garantie la production de tels biens et services et peuvent fixer des prix supérieurs ou inférieurs au prix d’équilibre. choisir d’introduire et de maintenir des systèmes garantissant la production de tels biens et services et pouvant fixer des prix supérieurs ou inférieurs au prix d’équilibre. Cela se traduira par une situation dans laquelle la quantité demandée dépassera la quantité fournie, à condition que le prix maximum soit atteint en dessous du prix d’équilibre (Figure 4).

Figure 4 :

NOTE : Le prix maximum est P1. À ce stade, la quantité demandée (Q1) dépasse la quantité fournie (Q2). Le prix du «marché noir» est P2.

Un prix minimum est parfois imposé pour protéger les producteurs. Ici, la quantité fournie dépassera la quantité demandée, à condition que le prix minimum soit atteint à un niveau supérieur au prix d’équilibre. L’un des objectifs de l’Union européenne (UE) est de protéger le secteur agricole, et la politique agricole commune est un système de prix minimum. En conséquence, le secteur agricole de l’UE a généré périodiquement des excédents.

L’impact de l’intervention sur le système de prix ne doit pas être considéré comme indésirable dans tous les cas. Cependant, l’analyse microéconomique contribue entre autres à nous apprendre que de telles interventions auront des conséquences et que la société doit gérer ces conséquences.

Élasticité:

Le concept d’élasticité concerne la réactivité de la quantité demandée ou de la quantité fournie à un changement de prix. Si un léger changement de prix entraîne un changement massif de la quantité demandée, l’élasticité de la demande par rapport au prix est dite très élastique.

Inversement, si un changement de prix n’a que peu ou pas d’effet sur la quantité demandée, la demande est dite très inélastique. Ce concept est évidemment très important pour les producteurs, qui doivent estimer les effets potentiels de leurs stratégies de tarification au fil du temps.

L’élasticité de la demande par rapport au prix est mesurée en divisant la variation de la quantité demandée par la variation du prix et, inversement, l’élasticité de l’offre par rapport au prix est mesurée en divisant la variation de la quantité fournie par la variation du prix. Autre que l’élasticité des prix, il existe des concepts similaires pertinents pour votre étude:

  • L’élasticité du revenu est la réactivité de la quantité demandée ou fournie à une variation du revenu.
  • L’élasticité croisée est la réactivité de la quantité demandée ou fournie du bien X à un changement de prix du bien Y.

Conclusion:

Voila un cour gratuit sur l’introduction à la microéconomie. Merci d’avoir consulter notre article.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *